The Art of the Book '08  - Essay/Essai

ab08.jpg

A juried exhibition of members' work celebrating the 25th Anniversary of the

Canadian Bookbinders and Book Artists Guild/Une exposition-concours des oeuvres par les membres 

en célébration du 25ème anniversaire de la Guilde canadienne des relieurs et des artistes du livre


AB08 home page d'accueil |  Art of the Book – An Integrated Engagement/Art of the Book - Un enclenchement intégré

Jurors', Contributor's, Curators' Work/Pièces des jurés, collaborateur, conservateurs | Prize-winning Entries/Gagnants des prix

Artists' Books/Livres d'artiste | Box Making/Boîte | Calligraphy/Calligraphie | Decorated Paper/Papier Décoré

Fine Binding/Reliure d'art | Fine Printing/Typographie | Papermaking/Papier main



Art of the Book – An Integrated Engagement

an essay by Peter Sramkek

The Art of the Book ’08 presents an outstanding opportunity to appreciate the wide range of traditions and practices which have been a significant feature of the book arts over the past 25 years and which continue to evolve in the 21st century. I would suggest that this diversity is primarily due to the contemporary book arts community’s openness to the intertwining of innovation with tradition. The book’s iconic role in society, along with its distinctly material, physical, ‘objectness’, has attracted practitioners from a broad range of disciplines and, as a result, binders, letterpress printers, conservators, craftspeople of all persuasions, photographers, printmakers, writers, painters, conceptual artists, and more, meet in the realm of the handmade book. The cross-fertilization that results is unique. In representing the members of the Canadian Bookbinders and Book Artists Guild, this exhibition provides an overview of this dynamic and lively discipline.

Although not ubiquitous in all cultures, books have been central to much of humanity’s experience of the world and to the human endeavour of cultural expression. Books are markers of culture, containers, records, proof of human thought, creativity, knowledge, and artistic activity. As such, they act as touchstones in the complex world of human experience. This central role of the book in culture, as a point through which ideas and histories pass, can be viewed as an overarching backdrop for those of us working in the book arts. Whether the artist is building on traditions of fine printing and binding or using the book form for its diaristic, literary, archiving characteristics, the underlying context is the central importance of books and the printed page in society. The works in this exhibition are a response to such cultural experiences and histories, whether as design bindings, letterpress, and calligraphic work responding to literary texts or as artists’ books based on personal narratives.

Exhibition Goals
This year’s show is the fifth such juried exhibition held by the Canadian Bookbinders and Book Artists Guild (CBBAG) since 1988. According to Susan Corrigan, who has been co-curator of the exhibitions, “A main goal of the Art of the Book exhibitions is to acquaint the public with what the book arts are, how diverse the work is within the book arts, and the high level of the work being done - aesthetically, technically, and conceptually.” The curators aim to present a snapshot of current work made by members of CBBAG, a show that is dynamic and fun to view. With approximately 250 submissions, which the jury had to whittle down to less than 75, the show represents a significant level of active commitment to the book arts across the country and abroad. The collection gives us all an opportunity to reflect on current directions and to appreciate the diversity of work being produced. Along with its many other endeavours, both in the local chapters and nationally, CBBAG can be proud of its achievements.

The exhibition also reflects the more than 25 years of expansion in the book arts, with organizations such as CBBAG and centers throughout the United States, United Kingdom, and elsewhere taking a leading role. As a point of comparison, there were nearly twice as many submissions this year as for the first juried show in 1988. There are now new generations of practitioners trained by a network of senior artists who have shared their knowledge, skills, and vision. Over the years, these master teachers (fine binders, conservators, and artists) have blended a knowledge of craft and tradition with innovation, providing a mix of influences. And now a new generation is teaching alongside them. Shelagh Smith, the other anchor of Art of the Book, observed, “The quality of work in this year’s submissions is far greater overall than in the past.”

Exhibition Categories
With its pre-defined categories, the exhibition recognizes the differing forms which may engage book artists. These categories have been used by CBBAG since the first juried show in 1988 and, to quote Adam Smith from that catalogue, “The categories are very distinct, if overlapping worlds. Each has its own approach to the nature of the book…its own customary idiom.” Individual works themselves might be placed within multiple categories and the jury did note this appreciating, for example, the type layout and printing of pieces submitted under artists’ books. However, each category explicitly requires commitment to specific processes. The fine printers and calligraphers bring to their work a sensitivity to letterforms and page design and not only production skills but also knowledge of the histories of their texts. The fine bindings and papermaking and decoration apply an aesthetic vision utilizing hard-won technical and stylistic traditions. The box making skills displayed here are exceptional, blending traditional techniques with highly innovative design. The artist books category, perhaps the most diverse, brings out the wide range of responses to what constitutes a book with experiments in content and structure that push the limits.

The Nature of Book Arts
Reviewing the submissions and observing the jurying process gave me an opportunity to reflect on the nature of book arts practices and ponder the essentials, the common threads, as well as the divergent possibilities being explored today. The images that come to mind when I think about book arts revolve around interconnected networks of opposites with common intersections expressed on many levels. There are the oppositions of finely controlled technique and free creative expression, of focus on materials versus pursuit of a concept, of traditional forms, and ‘anything goes’, of designing the container and developing content. Most works balance somewhere on each of these continua. The book arts are diverse by their very nature and the only common ground can seem to be a, sometimes tenuous, link to the idea of ‘book’.

One could digress here to ponder the changing role and forms of the ‘book’ in the 21st century in the face of electronic media, which has taken over many of the societal and informational functions of the book. A number of the works in the show do point to such a discussion, yet this is not the main trend of this collection, nor of my text. Although book artists are far from Luddites and seem to chat endlessly online about digital printing and software typefaces, the heart and soul of the medium is its hand-produced nature. In an age of quick and easy solutions – prepared foods, TV entertainment, email correspondence, and video cell phones, the book arts represent a slow practice, one which engenders thoughtfulness and meditation, attention to detail and tactile experience.

The Jury Process
During jurying of The Art of the Book ’08, the panel not only considered works on their singular strengths, but also looked for a completeness of the artist’s vision and craft. As Ed Hutchins remarked about one of the books, “This is a very innovative structure. It is very elegantly designed and conceived.” But, he also commented about another, “I loved the photograph [of the piece, seeing what it looked like, but], I do think that a book should work well.” There was concern for “the need to have access to the contents” and with how well the book moved, whether it was appropriately robust and smoothly operating, and whether the manipulation of the book seemed to fulfill the artistic intention. Crispin Elsted was adamant that he know the contents of the fine bindings in order to appreciate the artist’s response to its text. Nicole Billard was pleased that there was, “A lot of variety [in the final selection],” but also concluded that, “There is the importance of the technical, as some of the submissions were not very well made.” Not surprisingly, in some cases, there was disagreement about what constitutes a book in the context of book art. Overall, however, the jury was generous and open-minded, thrilled to see the range of submissions and the “technical elegance” achieved. Once again, technique and concept were seen to intersect, in some cases delightfully, in others colliding unfortunately.

Essential Considerations in Book Art
It became clear to me in observing the jurying process, that certain criteria predominated. This has prompted me to attempt an articulation of the essential aspects of successful book art in the context of CBBAG’s mandate. Although clearly not definitive, I would suggest the following:

Coherence of all Aspects
The need for coherence of concept, content, enclosure, and structure seems to be an essential consideration. The relationships of concept and structure, text and image, cover and contents, design and meaning must somehow be manifested for the work to be successful. The book cannot simply be a container for a collection of bound leaves.

Relation of Carrier to Contents
The relationships just described naturally suggest the importance of the presence of a text and/or imagery. This may be created by the artist, or consist of content that the artist responds to. Either approach is equally valid, it must be considered integral to the piece. As mentioned by the jury, it is the handling of/response to content which fulfills or explicates the intention of a fine binding, in addition to impressive aesthetics and technique. Likewise, the text selected for fine printing or calligraphic rendering needs to inform the treatment. From another angle, artists creating content must carefully consider the structure of the book, developing an appropriate form which is neither gratuitous nor simplistic.

Engagement with the Book Form
This leads us to think about structure and how there must be an engagement with the book or page beyond its simple function as a container or surface on which to impose content. Strong content simply placed on a series of pages does not necessarily speak to the artform, especially if it avoids the presence of the book as a structure, as a cultural object, as a sculptural form and thus strays from the potential of book art. Many of the works in the artists’ books category push the boundaries of the conventional book form and in so doing stretch our notion of ‘bookness’. It seems clear that some attributes must remain of what constitutes a book, be they pages or binding, linking of sequential content, etc. Exactly where the boundaries lie is a topic constantly under debate. The jury suggested that, “Straying too far from the book’s functionality” was problematic. I would say that the best work either embraces or addresses in some manner that functionality in a manner that is appropriate to its contents.

It is also important to note here that the exploration of unusual structures is certainly not new and some that were once innovative have now become overused. Although adventurous to an audience who may think only of conventional library bindings, for those in the book arts the response can be, “Been there, seen that, now tell me something more with it.” As in any artform, one works within a history and contemporary dialogue of the medium. Ultimately, structure is not isolated from meaning and one must consider what one has to say through the work.

The Importance of Production and Technique
At the heart of this medium is involvement in the physical production. It is the physical making of the work which defines the practices that CBBAG represents and which, I dare say, are central to the artists in this exhibition. Missing here, of course, are the areas of book arts which involve commercial production – small press books and artists’ conceptual books. This does not imply anything negative about these endeavours, which are included in other book arts contexts. It simply means that the production by hand in all or part of the process is at the core of CBBAG’s mandate. Direct involvement in the production is often why people make their own books, just as their tactile qualities are why people love books as objects.

Along with hand production, goes attention to the craft in order to create an object of the highest quality. Here again, there are important traditions and skills which are being passed-on. There might be an impression in post-modern society that these skills are being lost, however, this exhibition shows that this is not happening. In fact, through individuals and organizations such as CBBAG, the teaching of these skills has blossomed. At the same time, when reviewing the diversity of book art, one deduces readily that there are different opinions about the importance of technique. When one considers fine binding or box making, letterpress printing and calligraphy or paper works, the value of the technical skill is evident. However, the largest group, the artists’ books, range from the technically consummate to the rough-and-ready. Despite this variety, I would suggest that a poorly constructed piece, which does not handle well can only succeed if this roughness is truly intrinsic to the conception of the work. A book designed to disintegrate might well have a conceptual rightness. Even so, it seems that there is no place for sloppy work. A work may be raw, with an eccentric form yet I would say, and I think the jury would agree, that it should be well-crafted, structurally sound and “handle well.” Although one can argue intelligently for experimentation and a looser approach to technique, one would do well to remember that many of the innovative structures being used today have historical precedents or been devised by conservation binders who taught them to book artists who then adapted them to their own vision. In that, they have practical and structural roots. The high quality of this year’s exhibition provides ample examples.

Readability
Ultimately, the book requires performance. Unlike a painting, books are like a score prepared by the artist. The interaction of the viewer with the work brings the book to life. This demands that the book actually be performable and that the nature of its performability be conceptually appropriate. Here, where concept, content, and structure meet, quality of execution becomes critical and all aspects of the work must feel coherent.

Summary
What is the essential nature of book art? This has been discussed at length by many in the field and one need only to look at the diverse nature of The Art of the Book ’08 to see that there are wonderful surprises and potential disagreements. The essentials discussed here do not prescribe the form of successful works, yet they provide criteria for appreciating the quality of each artist’s engagement. Excelling in only one aspect may not yield the best work as it is the integration which produces the most exciting and compelling pieces. Craft without vision is bankrupt and vision without craft often leads to disappointments. In the same way, tradition and innovation belong hand-in-hand. If at times, there seem to be opposing streams of isolated practice, it is exhibitions such as this which provide an opportunity for them to blend and influence each other in new ways. CBBAG provides a fertile meeting point for the integration of art, craft, and design. If the measure of cultural health is active inquiry and curiosity coupled with the ability to focus and engage productively, then The Art of the Book ’08 is proof positive of the vigor of the medium.

Art of the Book – Un enclenchement intégré

essai par Peter Sramek

The Art of the Book ’08 est l’occasion rêvée d’apprécier la vaste gamme de traditions et de pratiques qui marquèrent l’art du livre au cours des vingt-cinq années écoulées et dont l’évolution se poursuit au XXIème siècle. Je pense que cette diversité tient à l’ouverture de la communauté contemporaine des artistes du livre à un produit qui allie innovation et tradition. La place de carrefour que tient le livre dans la société a attiré un large éventail de spécialistes. Un large éventail de spécialistes, parmi lequel on compte des relieurs, des typographes, des restaurateurs, des artisans de tous bords, des photographes, des graveurs d’art, des peintres, des artistes conceptuels et autres, se retrouvent à la croisée des chemins que représente le livre dans la société d’aujourd’hui, en particulier le livre fait à la main. L’effet de synergie qui en ressort est unique. Cette exposition qui présente les membres de la Guilde canadienne des relieurs et d’artistes du livre nous donne un aperçu de ce dynamisme qui habite cette discipline.

Même s’il est vrai que certaines cultures ont échappé à l’emprise du livre, le livre a joué un rôle central dans l’essentiel de l’interaction entre l’homme et le monde et dans l’expression culturelle de l’humanité. Les livres identifient une culture. Ils sont les dépositaires de la pensée humaine, de la créativité, des connaissances et de l’activité artistique de l’homme. A ce titre, ils sont l’expression même du monde complexe de l’expérience humaine. Pour ceux d’entre nous qui sont spécialistes de l’art du livre, cette place pivot qu’occupe le livre dans une culture, ce goulot par lequel passent les idées et l’histoire constitue une toile de fond. Peu importe qu’un artiste perpétue les traditions de l’impression de luxe et de la reliure ou qu’il utilise le livre pour y consigner ses anecdotes, ses écrits ou archives, il n’en est pas moins que le livre et les pages imprimées tiennent une place primordiale dans la société. En présentant les reliures artistiques, les typographies et les travaux calligraphiques véhiculant des textes littéraires ou des textes d’artistes, cette exposition se veut le reflet de ces expériences culturelles.

Objectifs de l’exposition
L’exposition concours de cette année représente la cinquième tenue depuis 1988 par la Guilde canadienne des relieurs et d’artistes du livre (GCRAL). Selon Susan Corrigan, qui fut l’une des conservatrices de ces expositions, « un des objectifs des expositions Art of the Book est de présenter au public ce qu’est l’art du livre, la diversité de cet art et le très haut niveau de l’art du livre, que ce soit par ses qualités esthétiques, techniques et conceptuelles. » Le but des conservateurs est de présenter sous une forme dynamique et attrayante le travail auquel s’adonnent actuellement les membres de la GCRAL. Les 75 soumissions retenues par le jury parmi les 250 soumissions reçues témoignent de l’engagement soutenu des artistes du livre au Canada et à l’étranger. Cette collection nous donne l’occasion de réfléchir aux orientations actuelles de l’art du livre et d’apprécier la diversité des travaux réalisés. Compte tenu de ses autres activités très nombreuses à la fois au niveau local et national, la GCRAL peut être fière de ses réalisations.

Cette exposition présente aussi le rôle dirigeant tenu par la GCRAL ainsi que d’autres organismes aux États-Unis, au Royaume-Uni et ailleurs dans 25 ans d’évolution dans l’art du livre. Il est à cet égard frappant de constater qu’il y eut presque deux fois plus de soumissions cette année que lors de la première exposition concours en 1988. La profession est faite aujourd’hui de jeunes professionnels formés par des artistes chevronnés qui leur ont fait partager leurs connaissances, leurs aptitudes et leurs visions. Ces artistes chevronnés, parmi lesquels on compte des relieurs connus et des restaurateurs ont, au fil des ans, su conjuguer l’artisanat et le poids des traditions à l’innovation. Ainsi, l’influence qu’ils ont sur les jeunes professionnels d’aujourd’hui s’inscrit dans un éventail assez large. Ces jeunes professionnels enseignent maintenant à leurs côtés aussi. Comme l’a observé l’autre conservatrice de les expositions Art of the Book, Shelagh Smith, « la qualité des soumissions de cette année est bien meilleure dans son ensemble que par le passé. »

Les catégories à l’exposition
En organisant l’exposition en catégories définies à l’avance, l’exhibition donne une place à différentes formes d’expression propres aux artistes du livre. La GCRAL utilise ces catégories depuis la première exposition concours en 1988. Selon les paroles de Adam Smith tirées du catalogue de l’exposition de l’époque « Les catégories s’inspirent mutuellement, même si chacune a sa personnalité, sa propre approche à la nature des livres… sa propre expression.» Si des œuvres peuvent se ranger dans plusieurs catégories à la fois (ce que le jury l’a d’ailleurs noté en appréciant la présentation typographique et l’impression d’œuvres qui lui furent soumises), chaque catégorie a sa spécialisation. Ainsi, les artistes oeuvrant dans l’impression de luxe et la calligraphie appliquent dans leurs travaux une sensibilité à la forme des lettres et à la présentation des pages qui ne se limitent pas à sa seule maîtrise des étapes de production, mais englobe à la connaissance de l’histoire qui se cache derrière leurs textes. Les spécialistes de la reliure et de la fabrication du papier appliquent une vision esthétique s’inspirant de techniques chèrement acquises et de traditions stylistiques. Les confections de boîtes que l’on voit ici sont exceptionnelles. Ils allient adroitement les techniques traditionnelles avec des conceptions très innovantes. La catégorie des livres d’artistes, peut-être la plus diverse, fait aussi preuve d’imagination : elle élargit la définition de ce que constitue un livre tant par son contenu que par sa structure et n’hésite pas à pousser les limites.

La nature des arts du livre
Mon examen des soumissions et mon observation du travail du jury m’ont donné l’occasion de m’appesantir sur les pratiques en matière d’art du livre et de méditer sur les éléments essentiels, communs, ainsi que l’éventail des possibilités que l’on explore aujourd’hui. Quand je pense à l’art du livre, je pense aussitôt à un réseau complexe d’éléments opposés qui se rejoignent à des niveaux multiples. Par exemple, on observe l’opposition entre la technique étroitement contrôlée et l’expression créatrice, l’opposition entre les matériaux et l’exploration d’un concept, l’opposition entre les formes traditionnelles et le « tout va » et enfin l’opposition entre la conception du conteneur et le contenu. La plupart des œuvres trouvent leur équilibre quelque part sur ces spectres. Les arts du livre sont, par leur nature même, très divers. Leur seul point commun semble être cette notion parfois assez floue de ce que constitue un « livre. »

On pourrait disserter ici à longueur de journée sur le nouveau rôle et les nouvelles formes du « livre » au XXIème siècle, à l’âge des médias électroniques. Celles-ci se sont attribuées beaucoup de fonctions sociales et informatives remplies auparavant par le livre. Si certains travaux que montre l’exposition invitent le visiteur à y réfléchir, ces travaux ne constituent ni le centre de gravité de l’exposition, ni mon propos. Même si les artistes du livre sont loin d’être des luddites et semblent bavarder des heures en ligne sur les mérites de l’impression numérique et de logiciels de typographie, il n’en demeure pas moins que le cœur et l’âme de la profession résident dans la confection manuelle. A l’âge des solutions rapides et faciles – les plats précuisinés, la télévision, la correspondance par courriel et les téléphones mobiles munis d’une fonction vidéo, l’art du livre reste quelque chose de lent, une activité qui suppose réflexion, méditation, le sens du détail et une agilité tactile.

Le travail du jury
Dans leurs délibérations dans le cadre de The Art of the Book ’08, les juges n’ont pas seulement apprécié les œuvres par elles-mêmes, mais aussi l’exhaustivité de la vision de l’artiste. Comme l’a remarqué Ed Hutchins à propos d’un des livres, « ceci est une structure très innovante. C’est élégamment dessiné et conçu » et ajoute, à propos d’un autre livre « j’ai adoré la photographie (de la pièce, voir à quoi elle ressemble), je crois que ce livre sera très apprécié.» Il a estimé toutefois « que l’accès au contenu était insuffisant » et s’est inquiété de ce que le livre résisterait mal aux manipulations dont il ferait l’objet. Il s’est aussi interrogé sur la question de savoir si la manipulation répondait bien à l’intention artistique qui a présidé à sa création. Crispin Elsted insiste que la reliure d’artiste doit traduire le contenu du livre. Si Nicole Billard s’est félicitée de la « variété (dans la sélection définitive) », elle a regretté que « certaines soumissions n’eussent pas été très bien présentées faute d’avoir négligé les aspects techniques.» Le fait qu’il y ait eu débat et un désaccord sur ce que constitue un livre dans le contexte de l’art du livre n’étonnera personne. Dans l’ensemble toutefois, le juge s’est montré ouvert et généreux, ravi par l’éventail des soumissions et de l’élégance technique de beaucoup d’entre elles. Une fois encore, la technique et le concept ont semblé s’entrecroiser avec bonheur dans certains cas, mais se heurter hélas dans d’autres.

Les considérations essentielles dans l’art du livre
Il m’est apparu clairement, en observant les travaux du jury, que certains critères ont prévalu. Ceci m’a incité à essayer de formuler les aspects essentiels d’un bon art du livre situé dans le contexte du mandat de la GCRAL. Bien que cette formulation ne soit pas définitive, nous pouvons considérer les éléments suivants :

La cohérence de tous les aspects
Il me semble que la cohérence entre le concept, le contenu, l’enclosure et la structure est une considération essentielle. Les relations entre le concept et la structure, entre le texte et l’image, entre la couverture et le contenu, entre la conception et la signification doivent apparaître clairement si l’œuvre se veut être une réussite. Le livre ne peut être un simple conteneur d’éléments existant indépendamment les uns des autres.

La relation entre le conteneur et le contenu
Les relations que nous venons de décrire nous laissent naturellement entrevoir l’importance de la présence d’un texte et/ou de l’image. L’artiste peut soit créer ces éléments lui-même, soit réaliser son œuvre en fonction d’éléments existants. Les deux approches sont bien fondées et doivent faire partie intégrante de l’œuvre. Comme l’a dit le jury, la reliure artistique trouve sa raison d’être non seulement dans ces aspects esthétiques et techniques, mais aussi dans son adaptation au contenu du livre. De même, le texte choisi pour l’impression artistique et la calligraphie doit se conformer à l’ambiance du texte. Vu sous un autre angle, les artistes qui créent du contenu doivent scrupuleusement prendre en compte la structure du livre et développer un contenu qui ne soit ni tapageur, ni simpliste.

Un engagement dans la présentation du livre
Ceci m’amène à évoquer la structure et à affirmer le besoin d’un engagement dans la présentation du livre ou d’une page. La page ne peut être vue que sous l’angle d’un simple véhicule d’informations. Un contenu dense apposé sur des pages ne peut en lui-même témoigner d’une qualité artistique, en particulier si ce contenu existe indépendamment du livre considéré comme une structure, un objet de culture, une sculpture, ou, en d’autres mots, échappe aux qualificatifs qui pourraient lui valoir la désignation de livre artistique. Beaucoup d’œuvres classées dans la catégorie des livres d’artistes repoussent les limites du livre conventionnel au point de nous faire douter de l’essence même d’un livre. S’il est évident qu’un livre sera toujours un livre dès lors qu’il compte des pages, une reliure et un contenu en séquence, les limites de la notion de livre font l’objet d’un débat qui perdure. Le jury a estimé que « trop dévier de la fonctionnalité du livre » posait problème. Je dirais que les meilleures œuvres englobent ou résolvent cette fonctionnalité d’une manière conforme à leurs contenus.

Il convient de remarquer ici que l’exploration de structures inhabituelles n’est pas chose nouvelle et que certaines structures qui étaient innovantes sont aujourd’hui devenues plus que chose courante. Si certains qui ne résonnent qu’en termes de reliure conventionnelle peuvent voir dans des structures inhabituelles un aspect aventurier, ceux qui sont dans l’art du livre vous diront peut-être « j’ai déjà vu ça, dites-moi en davantage ». Comme dans toute expression artistique, on évolue à la fois dans un contexte historique et dans un dialogue avec son milieu. En fin de compte, la structure ne peut être isolée du message véhiculé. L’art dans un livre est aussi porteur d’un message.

L’importance de la production et de la technique
La participation physique à la production est un élément essentiel. La production physique du travail définit ce que représente la GCRAL et qui, si je puis m’exprimer ainsi, fait que le travail des artistes est exposé ici. Bien entendu, on ne traite pas d’autres domaines de l’art des livres touchant à leur production à titre commercial – les « small press books » et les livres conceptuels d’artistes. Cette absence ne reflète rien de négatif sur ces activités qui sont par ailleurs traitées dans d’autres livres artistiques. Cette absence signifie simplement que le cœur du mandat de la GCRAL est de représenter des livres réalisés entièrement ou partiellement à la main. Les personnes confectionnent souvent leurs livres pour participer directement à leur production au même titre que les personnes d’une sensibilité tactile aiguë adorent les livres comme objets.

Qui dit production à la main dit artisanat pour fabriquer un objet de la meilleure qualité. Ici encore, des traditions et aptitudes importantes ont été transmises. Cette exposition vient démentir une impression courante dans notre monde moderne que ces aptitudes se sont perdues. En fait, grâce à des organismes tels que la GCRAL et certaines personnes, l’enseignement de ces techniques a pris un nouvel essor. Aussi, on se rend compte en passant en revue la diversité de l’art des livres que les opinions divergent sur l’importance de la technique. Quand on parle de la reliure artistique ou de la confection des boîtes, de la typographie, de la calligraphie ou du travail du papier, la place des aptitudes techniques est évidente. Toutefois, on trouve dans le plus grand groupe - celui des livres artistiques – ceux confectionnés avec les meilleurs matériaux et d’autres avec des matériaux de fortune. En dépit de cette variété, je dirais qu’une pièce mal faite ne peut réussir que si les défauts de la fabrication étaient intentionnels et intrinsèques à la conception de la pièce. Même si un livre conçu pour se désintégrer dès qu’on le touche peut avoir sa raison d’être conceptuelle, il semble que les travaux bâclés n’aient pas droit de cité. Une œuvre peut paraître crue, excentrique et pourtant – et je crois que le jury me suivra – elle doit être néanmoins bien faite et bien structurée. Bien qu’on puisse se faire adroitement l’avocat de l’expérimentation et se permettre quelques libertés avec la technique, il serait sage de se rappeler que beaucoup des structures innovantes que l’on trouve aujourd’hui sont nées de précédents historiques ou ont été inventées par des conservateurs en reliure qui les enseignèrent à des artistes du livre qui les adaptèrent ensuite à leurs propres visions. Ces structures ont donc des racines pratiques et structurelles, comme en témoignent de nombreuses pièces de très haute qualité que présente l’exposition de cette année.

Lisibilité
Enfin, le livre a besoin de performance. À l’inverse d’une peinture, les livres ressemblent à des partitions préparées par l’artiste. L’interaction entre la personne et l’œuvre donne vie au livre. La vie donnée au livre doit être juste conceptuellement. La qualité d’exécution et la cohérence du travail deviennent primordiales au carrefour du concept, du contenu et de la structure.

Résumé
Quelle est l’essence de l’art du livre? Cette question a fait l’objet de débats en long et en large. Il suffit de se rendre à The Art of the Book ’08 pour apprécier la nature diverse des livres et se rendre compte aussi que la discussion n’est pas close. Si ces lignes ne prétendent pas proposer une recette pour les œuvres à succès, elles proposent néanmoins des critères par lesquels il convient d’apprécier la qualité de l’engagement des artistes. Se montrer dans un aspect seulement ne garantit pas un excellent travail, car c’est l’intégration d’un ensemble qui produit les meilleures pièces. L’artisanat sans une vision ne mène à rien et la vision sans l’artisanat de qualité est souvent cause de déception. Dans la même optique, la tradition et l’innovation vont de pair. Si on observe parfois isolément une tendance dominante, c’est dans des expositions telles que celles-ci que ces tendances se conjuguent et s’inspirent mutuellement. La GCRAL donne un point de rencontre fertile pour l’intégration de l’art, de l’artisanat et de la conception. Si la curiosité et la recherche, alliées à un engagement productif sont des mesures d’une santé culturelle, alors l’exposition The Art of the Book ’08 est la preuve vivante du dynamisme de ce milieu.

 
Powered by Wild Apricot Membership Software